Cherimo-quoi?

  • Post category:Divers
  • Reading time:5 mins read

Vous n’avez jamais goûté ni entendu parler de la cherimoya? Pas de panique, c’est même plutôt normal! Quasiment inconnu du public français, ce fruit est quasiment introuvable dans l’hexagone. On le trouvera un peu plus sur les étals allemands. Du coup, pourquoi ce manque de visibilité, et puis c’est quoi au juste ce fruit?

Description générale

La cherimoya, aussi appelée chérimole en français, est un fruit de la famille des anones. L’arbre qui la produit est le chérimolier. On pense qu’il est originaire de la région des Andes en Amérique du sud, dans les vallées situées autour du Pérou et de l’Équateur. Il a été cultivé par les Incas et même avant, à partir de 1200 avant J.C.
 
D’ailleurs, l’arbre  tire son appelation d’un mot de la langue Quechua, chirimuya, qui signifie “graine du froid”.
 
Le fruit reçoit au XIXème siècle les éloges du botaniste allemand Berthold Carl Seeman, qui écrit:
“L’ananas, le mangoustan et le chérimole sont considérés comme les plus beaux fruits du monde, et je les ai goûtés dans les localités où ils sont censés atteindre leur plus haute perfection: l’ananas en Guayaquil, le mangoustan de l’archipel indien, et le chérimole sur les pentes des Andes, et je demanderais sans hésiter, chérimole. Son goût surpasse même celui de tout autre fruit, et Haenke avait raison quand il l’appela le chef-d’œuvre de la Nature.”
 Son exportation vers l’Occident est relativement tardive. La Californie importe des graines en provenance du Mexique en 1871, tandis qu’en Europe, c’est naturellement le sud de l’Espagne qui deviendra le lieu d’établissement des plantations de chérimoliers en raison de son climat.
 
C’est un fruit à la chair blanche crémeuse et très sucrée. La peau et les graines ne se mangent pas du fait de leur toxicité.
 

Bienfaits nutritionnels

La cherimoya est un l’un des fruits les plus intéressants au monde sur le plan nutritif, et pour plusieurs raisons.
 
Dans cet article de BBC Future de 2018, une étude a donné d’intéressants résultats: des scientifiques ont analysé plus de 1000 aliments, et les ont classés pour déterminer ceux qui fournissent le meilleur équilibre nutritionnel pour combler nos besoins journaliers. Les amandes ont gagné la médaille d’or, suivies en deuxième place sur le podium par… la cherimoya.
 
C’est un fruit riche en énergie (75kcal/100g), et aussi sucré que la banane (18% de glucides de qualité).
 
Il possède 3 fois plus de vitamine C que la pomme, qui est un excellent antioxydant naturel qui permet de piéger les radicaux libres dans l’organisme et lutter donc contre le vieillissement cellulaire.
 
Riche en Vitamine B6, qui contribue au bon fonctionnement des neurotransmetteurs comme la sérotonine et la dopamine (hormones liées à la sensation de bonheur). Une portion de 160g de cherimoya comble déjà 30% des AJR.
 
Il est également riche en vitamines A, B1 et B2.
 
C’est un fruit riche en fibres (3g/100g), utiles pour le transit et pour lutter contre les problèmes d’inflammation des intestins.
 
Riche également en minéraux: calcium (10mg/100g),potassium (287mg/100g),magnésium (170mg/100g).
 
Enfin, la chérimoya contient des flavonoïdes comme la catechine, l’epicatechine, et l’epigallocatechine. Ces composants ont révélé leur efficacité dans la lutte contre le cancer lors d’études en laboratoires sur des souches de cellules cancéreuses. Certaines de ces substances jouent aussi un rôle anti-inflammatoire.

Un fruit recherché

Les propriétés nutritives de la cherimoya et son goût exquis font que c’est un aliment très recherché des connaisseurs aujourd’hui, et que l’on classe parmi les super-aliments (superfoods).
 
Aux États-Unis, le fruit se vend à des prix exorbitants, jusqu’à plusieurs dizaines de dollars par fruit !
 
 La chérimoya est un fruit climactérique. On le récolte dur et il termine de mûrir par la suite, comme les avocats ou les mangues. Une fois cueilli, le fruit mûrit assez vite (4 jours en moyenne, cela dépend de la température). Les groupes d’achat vont donc conserver le fruit à basse température pour pouvoir l’exporter et le redistribuer à droite à gauche avant qu’il n’atterrisse sur les étals. Réfrigérer un fruit lui fait perdre de ses qualités et risque de provoquer une mauvaise maturation du fruit. Il faut donc le transporter rapidement et avec soin au consommateur pour qu’il bénéficie de 100% des apports nutritionnels.
 
Pouvoir transporter rapidement et efficacement des fruits sur de longues distances est relativement nouveau dans notre histoire. On comprend bien qu’il était impossible de faire venir aisément ces fruits avant une époque récente sans risquer qu’ils ne mûrissent en cours de route. C’est l’une des raisons pour lesquelles la cherimoya n’a pas été connue en France jusqu’à aujourd’hui.
 
Nous cueillons nos cherimoyas au dernier moment, juste avant de les expédier par un transporteur routier direct vers la France. Elles sont remises à nos acheteurs quelques jours après récolte.
 
Nos fruits ne subissent pas de réfrigération pour ralentir leur mûrissement, ne sont pas manipulés, déplacés en cours de route, et sont récoltés sur demande. On ne peut pas faire plus rapide et respectueux du fruit.
 
J’espère que ce court article vous aura appris des choses sur ce fruit étonnant!

SOURCES

  • https://www.bbc.com/future/article/20180126-the-100-most-nutritious-foods
  • https://www.sciencedirect.com/topics/food-science/cherimoya
  • https://www.healthline.com/nutrition/cherimoya#section9
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Annona_cherimola
  • https://alimentation.ooreka.fr/astuce/voir/656799/cherimoya
  • https://www.crfg.org/pubs/ff/cherimoya.html
  • https://www.cherimoya.biologique.bio/cherimoya-anti-cancer/